Philippe Durr
Les bateaux : Une vie, une passion.

Pour Philippe Durr, le chemin était tout tracé. Sa grand-mère louait des bateaux au Creux-de-Genthod, son père, constructeur de bateaux, fondait le Chantier Naval du Vieux-Port ù Versoix en 1957. Pourtant, ce n'est pas avec lui que Philippe a appris le métier. Son père a voulu qu' il voie autre chose. Ailleurs. Et le fils a roulé sa bosse, apprenant avec les meilleurs. Voilà maintenant trente ans qu'il est de retour au chantier de Versoix. Aujourd'hui il le mène avec enthousiasme et générosité, comme tout ce qu'il a entrepris dans sa vie. Il suffit de l'entendre parler de son métier, des bateaux qu'il a construits, de ceux qu'il construit actuellement ou qu'il restaure pour comprendre qu'il est vraiment passionné. Ses compétences sont reconnues loin ù la ronde. Et, chose rare, il jouit du respect et de l'estime de tous ses confrères, collègues et concurrents.


Quand Philippe Durr vous fait visiter son chantier, il est intarissable.

Chaque bateau qu'il vous fait voir a son histoire, son vécu, ses heures de gloire, ses avatars ou son drame. Mais une fois qu'il est là, il est en de bonnes mains. Il ressortira bientôt, demain ou dans dix ans, aussi beau que lorsqu' il a été mis à l'eau pour la première fois. Peut-être plus. Ce qui frappe le plus quand Philippe Durr parle d'un des bateaux qui sont dans son atelier, c'est le respect qu'il lui témoigne. Bien sûr, il connaît toute son histoire, mais comme pour une personne, il le désigne toujours par son nom. Cependant il est un point sur lequel il est discret: il faut savoir que Philippe Durr est un régatier au palmarès impressionnant. Maintes fois champion de Suisse et multiple vainqueur du prestigieux Bol d'Or, il ne compte pas moins de sept titres de champion du monde. Au passage il fut troisième de la transat en double Lorient-les Bermudes-Lorient. C'est un champion d'exception. Au cours de sa carrière, Philippe Durr a commencé par travailler le bois. Puis il a passé aux technologies les plus avancées et les plus pointues. Il a été parmi les novateurs dans l'utilisation des matériaux composites. Là aussi il a démontré sa maîtrise, en faisant valoir son savoir-faire et son amour de la perfection. En termes d'innovation, c'e.st lui qui a, entre autres, construit le fameux trimaran Altaïr, premier multicoque à avoir gagné le Bol d'Or.


Son amour de la perfection, du travail bien fait, il a su le transmettre

Il a eu de très nombreux apprentis. Celui qui est actuellement en cours de formation doit bien être le dixième. Apprendre son métier chez Philippe Durr est un privilège, car il a à coeur de former des professionnels de très haut niveau, capables de faire perdurer ce magnifique métier. Même si autrefois on dessinait les plans du bateau à construire en grandeur nature dans l'atelier et qu'aujourd'hui, avec l'informatique, les choses se passent différemment, le geste juste, le tour de main, seront toujours les signes de reconnaissance du vrai professionnel. Son esprit créatif, son besoin d'innover, ont poussé Philippe Durr à explorer d'autres chemins. C)est ainsi qu'il s'est mis à construire des voiliers à glace, montés sur patins, que l'on peut voir sur tous les lacs gelés de Suisse, d'Europe et même au-delà. Là encore, comme dans tout ce qu'il entreprend, Philippe Durr fait preuve d'une constante: la passion.